Blog et patrimoine

Blog Daniel ClassementUn peu plus de 2.000 visiteurs mensuellement (2.088 dit la machine) ! Merci. Grâce à vous me voici propulsé au rang 1.106.000 pour le classement français et 7.786.520 pour mon rang mondial. C’est toujours l’ordinateur qui l’écrit. Mais surtout, je découvre que mon blog a une valeur ! Là, c’est faible, on dirait la vieille Twingo polluante de Cécile Duflot : 1.130,82 €.

Franchement, je suis prêt à avoir le titre de BSF, blogueur surfant sur la fortune. Cliquez, aimez, liker… puisque ma fortune, c’est vous 😉

LES FLEURS DE DOMINIQUE VOYNET AUX MONTREUILLOIS

 

58 pages de campagne électorale dans toutes les boîtes aux lettres. Un record. Le premier ?
58 pages de campagne électorale dans toutes les boîtes aux lettres. D’un coup, un record ! Le premier ?

Le printemps est en avance à Montreuil où les premières fleurs de la campagne municipale verte fleurissent dans toutes les boîtes aux lettres. Ce jeudi 28 février, comme tous les Montreuillois, j’ai reçu trois documents de Dominique Voynet : le bulletin municipal Tous Montreuil, le n°2 du mensuel La lettre de la Maire (ainsi le rythme de 4 documents dans toutes les boîtes aux lettre par mois est déjà assuré) et… un pavé qui se veut historique (Montreuil Avance 2008-2013. Avec, je ne l’oublie pas, un point d’exclamation final au cas où notre admiration d’emblée mériterait une incitation pavlovienne.

Que du beau ! Papier-glacé et belles couleurs au service de la majorité municipale. On en prend plein la vue. Du lourd aussi, 58 pages d’un coup, il faut les digérer. Nous sommes en plein gavage. Il va me falloir un bon week-end d’attention pour tout lire. Qui osera maintenant parler de la crise de la presse ? Pas de la presse municipale verte en tout cas. Les imprimeurs et les agences n’en attendaient peut-être pas autant, mais en matière de Com’ Turbo, avec Dominique Voynet, nous ne sommes jamais déçus. Il reste à savoir si près des yeux vaut près du cœur…

Le plus cocasse, c’est que deux jours plus tard, ce samedi 2 mars, la même Dominique Voynet, invitée de l’émission « Samedi politique » déclare sans rire (il est vrai que ce n’est pas son fort) : « La vie politique à Montreuil est rude et brutale, trop tôt donc pour parler de ma candidature à la mairie. » N’en parlons plus alors ! Sauf que les paroles s’envolent, mais les écrits restent… Et, justement, c’est ce qui est intéressant avec eux et c’est bien pourquoi nous en reparlerons.

Lance Amstrong, lanceur d’alerte sinon d’infos

Revue XXI Hiver 2013Une occasion de faire découvrir la revue XXI à ceux qui ne la connaîtraient pas encore. Dans leur numéro 21 – Hiver 2013 – s’y trouve en complément un texte assez percutant sur le journalisme. Une sorte de manifeste en un livret de vingt pages. Il fait débat, j’y reviendrai plus tard. Mais sans aucun rapport direct, l’actualité m’invite à évoquer Lance Amstrong. En effet, à propos de journalisme, son interview « planétaire » me semble intéressante… et je ne crois pas dérailler en me concentrant non pas sur le dopé de son plein (à ras bord) gré, mais… la journaliste Oprah Winfrey.

Il fut un temps où l’on aurait dit que le maillot jaune (tâché) était passé sur CBS, ABC… mais aujourd’hui on ne parle que d’elle, mieux de son « chez elle » puisque le grimpeur hors pair (devenu descendeur hors piste à l’insu de son plein gré) est, lit-on à l’envie, passée « chez Oprah Winfrey ». Le propos vaut d’être retenu car c’est toute une époque d’un certain journalisme qui, selon moi, est davantage un piège mortel pour le métier que ne peut l’être le passage au numérique. À l’heure où Newsweek arrête les rotatives et où bien d’autres titres sont en pleine difficulté financière, la journaliste la plus populaire des États-Unis est selon Forbes la deuxième fortune de l’industrie du divertissement. Ce n’est pas de sa fortune dont je veux parler, c’est le second point, celui que vous avez bien lu : le divertissement !

Il est vrai que la seule information ne permet pas de devenir la personnalité afro-américaine la plus riche du XXe siècle qui, par ailleurs et je n’ai pas à en douter, serait la milliardaire la plus philanthrope de tous les temps. En revanche, les espaces de divertissement (à la gloire d’une figure réelle de l’information… et produits par elle), offrant l’occasion à  Lance Amstrong, nouveau Mister « Yes, I did it » de faire son coup de Com’, permettent des rémunérations que l’on ne connaît pas chez les journalistes. Que l’on ne connaîtra jamais. C’est pourquoi il serait souhaitable, pour éviter la confusion des genres, que les « présentateurs » et autres lanceurs d’info (à défaut d’alerte), cessent de parler d' »interview » sinon tout le monde va croire qu’en Français le mot se traduit par « passe-plat ». Ce serait mettre l’information dans une mauvaise seringue.