L’affichage ratée de NKM.

Une affiche de l'UMP qu'on a failli voir... Ou l'histoire du lundi qui n'est pas un vendredi. Une inquiétante décision et une précipitation révélatrice.
NKM et Fatima Allaoui : une affiche de l’UMP qu’on a failli voir… Ou l’histoire du lundi qui n’est pas un vendredi. Une inquiétante décision et une précipitation révélatrice.

NKM flashée en plein excès de vitesse de racolage politique. Le vendredi, la numéro 2 de l’UMP, position obtenue de haute lutte contre l’autre prétendant Laurent Wauquiez, veut montrer qu’elle a non seulement sa liberté de parole, mais sa liberté d’agir. L’heure est à la constitution du secrétariat national, c’est-à-dire ni plus ni moins que de la somme des personnalités qui, en cas d’alternance politique, pourraient se retrouver aux commandes de la France. Chaque leader propose dont ses meilleurs candidats et, en pleine démocratie, c’est Nicolas Sarkozy qui décide et valide. La députée de l’Essonne veut donc briller de tous ses feux, c’est pour elle le moment d’affirmer sa position et son talent de découvreuse de pépites. Tout d’abord, on ne peut guère le lui reprocher dans une UMP où la parité est encore à conquérir… elle choisit une femme. Jeune puisqu’il s’agit, ne l’oublions pas, d’incarner le renouvèlement des générations. L’UMP ne peut plus être ce qu’elle a été, il faut changer la galerie de portraits. Ce sera donc Fatima Allaoui. On lui donne même le poste attaché à la formation professionnelle. Une jeune pour l’avenir des jeunes ! Que demander de plus ? Rien, et bien si ! «  J’ai proposé cette jeune femme parce que j’ai trouvé qu’elle avait un parcours de qualité issu de la diversité et je souhaite promouvoir dans l’organigramme du parti des personnes avec des profils différents » ajoute NKM qui veut prouver que rien ne lui échappé dans ce choix raisonné. La diversité est respectée, c’est-à-dire que la couleur de peau ne gêne en rien à l’UMP : blanche, noire, basanée, aucune n’est bannie. On ne peut que s’en réjouir. Sarkozy avait eu sa Rama Yade, NKM aura sa Fatima Allaoui, tous deux sont de bons parrains républicains. Là-dessus un week-end réparateur passe jusqu’au lundi où le journal Libération révèle que la nouvelle secrétaire nationale adoubée par Nicolas Sarkozy lui-même appartient au Siel (Souveraineté, indépendance et libertés), un groupuscule d’extrême droite fondé par Paul-Marie Couteaux et affilié au Rassemblement Bleu Marine de Marine Le Pen. L’homme s’est fait connaître en 2013 en considérant que l’introduction du mariage homosexuel en France était « une violence faite à la nature ». Ciel ! Sale début de semaine pour NKM qui en dévisse sur ses talons puisqu’elle se voit obliger de déclarer : « Je ne savais absolument pas qu’elle avait eu cette aventure politique« . On ne peut mieux détruire son argumentaire précédent et révéler un oubli très inquiétant pour une femme qui dit faire du combat contre le Front national une de ses priorités ! Il est vrai que, lors de la campagne des municipales à Paris l’ancienne porte-parole de Sarkozy avait multiplié les gaffes et révélé sa méconnaissance de très nombreux dossiers. Ce qui lui fut fatal. Fatima Allaoui nommée vendredi, démise de ses fonctions lundi… la mécanique UMP est en route. Un de ses membres, sous le couvert de l’anonymat a eu ce mot à propos de Sarkozy, qui avait en personne validé cette nomination, « il a agit avec précipitation et sous la pression de la guéguerre interne NKM-Wauquiez ». Nicolas sous pression, non ! Qui peut y croire ? Ou alors… On tirera de cet épisode fondateur du nouveau parti du futur, entre autres éléments, que l’UMP recrute à l’inverse du CV anonyme censé mettre fin à la discrimination liée aux origines. Le parti de Nicolas Sarkozy – comme tant d’autres ! – préfère mettre en avant la diversité… même si celle-ci ne sert que pour l’affiche. À se demander si les fiches des candidats aux responsabilités – jusqu’aux plus hautes – ne sont pas principalement regardées avec deux critères dominants : l’âge et la diversité. Passe pour la compétence. NKM n’a pas pris soin d’en lire plus, d’en savoir davantage et même visiblement de parler ou de recevoir l’élue de son cœur. On peut aussi s’interroger : et si NKM devenait un jour Premier ministre… composerait-elle ainsi son gouvernement ?

Faciles à vivre…

Gracq © photo Roland Allard
Gracq © photo Roland Allard

 

(…) Et que pourrais-je avoir à dire qu’entre nous et dès la première minute il n’y a jamais eu de place pour le pourquoi. Et que pourrais-je avoir à dire de vous, maintenant que la nuit se fait sur nous pour cette lumière neuve que nous avons tant attendue et qui m’allonge au long de ma route les ombres seules qui m’ont jamais versé toute la fraîcheur, sinon que vous restez ceux-là même par qui la vie était bonne et meilleure – oui, je ne connais pas de mot de plus vrai compagnonnage : faciles à vivre – une épaule pour la tête endormie – dans les épreuves le visage même, que j’ai vu parfois mouillé, de l’embellie – vos dos devant moi toujours contre le soleil épais et larges comme un bouclier, soudés comme dans une gloire par la poussière fabuleuse de la route.

Gracq (Julien), les terres du couchant, Éditions Corti, septembre 2014.

Faire sauter le verrou des années de plomb

Attentat à la gare de Bologne. 2 août 1980 - 10h25. 85 morts, 200 blessés.
Attentat à la gare de Bologne. 2 août 1980 – 10h25. 85 morts, plus de 200 blessés.

Matteo Renzi, nouveau président du Conseil italien, a décidé de déclassifier une bonne partie des documents officiels sur plusieurs attentats terroristes qui ont ensanglanté l’Italie, de la fin des années 60 jusqu’aux années 80 : «Il s’agit d’un devoir envers les citoyens et les proches des victimes». Aucun chef des gouvernements précédents n’avait osé ce geste. De l’attentat de Piazza Fontana à Milan (17 victimes), qui marqua, en 1969, le début d’une longue spirale de violences, jusqu’à celui du train rapide 904 qui, en 1984, provoqua la mort de 17 personnes, en passant par la destruction en plein vol d’un avion civil dans le ciel d’Ustica (81 morts) en juin 1980. Au total, ce sont huit dossiers enveloppés de mystères qui vont être déclassifiés. Dans certains cas, les auteurs matériels ont été identifiés. Pour l’attentat à la gare de Bologne, en août 1980 (85 morts et plus de 200 blessés), un groupe d’activistes néofascistes a ainsi été condamné. Mais il reste de nombreuses interrogations sur les commanditaires, les mobiles et, surtout, les complicités dont auraient bénéficié les auteurs de ces différents attentats, notamment sur le rôle des services secrets. Bien que sceptiques sur les futurs résultats, « certaines choses ne s’écrivent jamais même par erreur », les familles des victimes saluent l’initiative de Matteo Renzi.

Lumière sur la vie

Culture pour tous, un projet éclairant.
Culture pour tous, un projet éclairant.

Très beau compte-rendu d’une initiative du Conseil général de la Seine-Saint-Denis * hier soir à la bibliothèque Robert Desnos de Montreuil. Projection et distribution de photos entièrement réalisées par des personnes bénéficiant d’un suivi social et du RSA. Quatorze séances de deux heures et demie chacune guidées par les Montreuillois créatifs d’images du Groupe Laps où chacun a réalisé une performance donnant lieu à plusieurs photographies. Financée par la Direction de la culture du département 93, l’opération s’est déroulée dans plusieurs bâtiments de la ville de Montreuil mis à disposition par la mairie, Conservatoire, cinéma Méliès, garage municipal, Nouveau Théâtre de Montreuil… L’idée initiale est venue de l’exposition Dynamo (Un siècle de lumière et de mouvement dans l’art 1913-2013) qui s’est tenue au Grand Palais. Les participants ont visité deux fois guidés par le Groupe Laps et des photographes : la première leur a donné l’idée de leur futur travail, la second leur a permis de mesurer, à l’aune de leurs propres efforts et réalisations, les intentions et la création des artistes.

* « L’exposition invisible » s’inscrit dans le dispositif Figure libre, parcours artistiques dans le champ social. Avec la participation du Conseil général de Seine-Saint-Denis, du musée du Grand Palais, du Groupe Laps et de la mairie de Montreuil.