Viser juste pour les Hauts-de-Montreuil

Le projet des Hauts-de-Montreuil va concerner la ville durant plusieurs années. C’est dire que nous aurons l’occasion d’y revenir régulièrement. Pour l’instant, après une concertation dont  les organisateurs eux-mêmes regrettent son aspect limité (pour le moins puisqu’on pourrait dire sans exagération qu’elle fut mal menée, sinon malmenée !), on n’a que de bien vagues pistes de projets aux équilibres instables sur lesquels nous reviendrons. Le parc aquatique étant, par son coût élevé de 15 millions d’euros et par la priorité qui lui est donné, une forme de synthèse et d’emblème de la méthode. Malheureusement. Ci-dessous le premier épisode : la concertation ratée. Pour lire notre position d’élus RSM (Renouveau socialiste montreuillois), cliquez ici.

 

L’art… dans un coin de rue de Montreuil

L’idée est bonne. Peindre une fresque sur un mur de l’Office du tourisme montreuillois situé à un angle de la place marquante de la ville : la place Croix-de-Chavaux. En l’occurrence une peinture se fixant l’objectif de représenter Montreuil, ses monuments marquants et ses parcs. Un naturalisme probablement trop contraignant pour la liberté d’un geste dont on ne discutera pas ici l’esthétisme. Continue reading →

De la pensée courte à la pensée courbe

A Montreuil, Dominique Voynet va innover… en plaçant un chronomètre que chaque élu devra regarder droit et studieux – aiguilles dans les yeux – pour éviter de parler « trop long » lors des conseils municipaux. L’instrument devrait inviter chacun à être son propre « autolimitateur » et amener à ce que ses interventions, contraintes donc plus courtes, soient mieux entendues et comprises par les citoyens. En tant qu’élus montreuillois et bons élèves d’une maire maîtresse experte nous sommes appelés à une simplicité salvatrice.

Continue reading →

Sexe ridicule !

« Le Petit Train de ceinture » d’Alain Gauthier. COLLECTION PARTICULIERE. Paru dans Le Monde du 3/06/10.

Sexe inimaginable… du moins le croyait-on, et pourtant c’est frappé du sceau institutionnel. Le Conseil général de la Somme, a annulé, à quelques jours de son inauguration l’exposition « Pour adultes seulement, quand les illustrateurs de jeunesse dessinent pour les grands » qu’il avait lui-même commandée et dont le directeur culturel découvrant le travail réalisé en un an se déclarait « enthousiaste».

La bibliothèque départementale de la Somme, à Amiens, ne présentera donc pas pendant les deux mois prévus les 60 dessins, peintures et gravures, prêtées gracieusement par les 26 artistes retenus*.

Le travail de commissaire artistique de Mme Kotwica, professeur agrégé en retraite de l’Education nationale, spécialiste de la littérature pour la jeunesse et des dessins de presse a en effet choqué… M. Manable, le président du Conseil général.

Il darde deux arguments durs comme du béton pour murer les portes de l’événement dont il fut l’initiateur : « Les valeurs de la collectivité territoriales sont heurtées ainsi que mes valeurs de gauche » ; « L’argent public n’a pas sa place pour une exposition qui a la sienne dans les galeries privées ».

Etonnante sexposition pour une exposition dont tous s’accordent à dire, en regardant le catalogue prêt à être imprimé (et qui ne le sera jamais), qu’aucune œuvre n’est choquante pour la morale publique et qu’elles sont de grande qualité artistique. En effet, M. le président incarnerait-il, à lui seul, les valeurs de la collectivité ? De quel territoire parle-t-il ? Et si l’exposition lui chatouille sa gauche, là encore de quelle gauche parle-t-on ? Enfin, pour un homme de gauche… jeter l’art dans les galeries privées, voilà une belle galipette qui laissera pantois les défenseurs de l’art pour tous.

Je ne connais pas M. Manable et respecte sa fonction. Mais de grâce qu’il fasse le point avec un sextant plus précis sur ses domaines de compétences, cela nous épargnerait ses ridicules élans. Car il y a toujours danger à cette musique de censeur qui s’en dédit.

Afin d’échapper à cette exclamation digne d’un missionnaire du déplaisir, et considérant qu’un sextuor ne serait pas de mise, je vous propose de sortir un de vos Sex pystols. Bodies par exemple.

PS (c’est le cas de le dire) : M. Manable est élu PS. Bon, mais p…. s… ça veut dire quoi ici ? Ce n’est pas le PS que j’aime et auquel je crois. Non, ce n’est pas possible.

* dont Léon Koupa, André François, Jean Claverie, Nicole Claveloux, Georges Lemoine, Bruno Heitz et Tomi Ungerer dont la ville de Strabourg s’enorgueillit d’accueillir le musée – où chacun peut voir aussi bien son immense travail de dessin pour enfants que ses dessins érotiques –  portant son nom et par ailleurs Centre international de l’Illustration.