Brûlent nos cœurs insoumis à la MAC de Créteil

© Photo : Patrick Berger

Christian & François Ben Aïm ne viennent pas à proprement parler du monde de la danse. Du moins pas strictement puisqu’ils ont un parcours où le théâtre physique et le cirque ont beaucoup participé de leur formation et continuent d’être une ligne créatrice. Les deux frères, qui ont mené des carrières parallèles, ont fait compagnie de leur duo-tandem (comme ils le nomment) et depuis ont fait trace avec une vingtaine de créations. Pour leurs pièces chorégraphiques ils ne négligent aucun concours pour aboutir. Ici, avec Brûlent nos cœurs insoumis (première création en Île-de-France), Guillaume Poix, comédien, metteur en scène, dramaturge et écrivain est de la partie comme Ibrahim Maalouf le trompettiste et pianiste franco-libanais au talent si fort et rare reconnu internationalement.

Alors devant nous se déroule un drame intense, brut où quatre corps d’hommes musclés, solides, se jettent les uns contre les autres, se nouent, se tiennent d’un doigt, font repas, dans une danse de lutte. Quelle lutte ? Celle que nous menons de manière erratique le plus souvent mais sans fin pour les plus lucides, les plus courageux… les plus insoumis à des destins que l’on dit implacables. Des combats solitaires autant que fraternels, cela peut dépendre. Hiératiques aussi.

La chorégraphie où la lumière joue un rôle très important nous offre dans les premiers mouvements une succession de tableaux inédite : un bref noir total et un nouvel instantané de mouvements figés ou presque seulement. De là provient une intériorité peu fréquente en danse, une image plus habituelle au théâtre.

La lumière éclaire aussi les musiciens dont les ombres blanches apparaissent lentement, partie prenante indissociable de ce qui, grâce à une composition magistrale d’Ibrahim Maalouf, devient un long poème, une sorte de chanson de geste. Magnifique quatuor à cordes (Quatuor Voce) avec percussion et trompette (Geoffroy Tamisier).

Brûlent nos cœurs insoumis multiplie les champs et contre-champs par une mise en abyme des guerres réelles et subjectives qui déchirent les hommes et notre monde contemporain, mais elle ne nous consume pas, elle nous donne plutôt chaud au cœur.

DERNIÈRE CE SOIR – 21h00 / MAC de Créteil

Réservations : 01 46 86 70 70

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *