Chronique d’une vie et d’une ville épuisée

Une jeune femme est seule, très seule dans un petit appartement, un très petit appartement.  Elle est aussi épuisée dans une ville qui l’est de même où les seules tranches de vie sont celles des prises de vue des caméras de surveillance et de sécurité. La vidéo comme maîtrise de l’équilibre social et des flux des morts-vivants. Et les écrans blafards des réseaux sociaux comme ultime espérance de ne pas être seul(e). La jeune femme a donc sa vie câblée et c’est ainsi qu’on la voit… perpétrer ses gestes de routine, derniers fils de vie réelle. La vaisselle, le grignotage de produits conservés dans des Tupperware, la douche, l’envie de porter une belle robe pour aller chanter. Chanter seule, pour personne. Une existence totalement virtuelle. Sans mots, mis à part ses échanges (lol) en lettres amputées, en smiley… Qui rit ? Cette seconde vie, virtuelle, va la dévorer. Avec Life:Reset/Chronique d’une ville épuisée, le jeune auteur et metteur en scène belge Fabrice Murgia, réussit une prouesse dans la ligne de sa première pièce Le chagrin des Ogres présenté dans le cadre de l’édition 2010 des Théâtrales du Val-de-Marne. Nous sommes face à un mélange, virtuose et ingénieux, de théâtre, d’art vidéo et de techniques 3D qui conduit à une fusion inquiétante entre le fantasme et la réalité. Au bord du gouffre…

Ce soir encore à 19h30. MAC de Créteil.

Voir la video sur : http://www.maccreteil.com/fr/mac/event/87/lifereset-chronique-d-une-ville-epuisee

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *