DAVID WAMPACH ET NOS PULSIONS

UrgeSans du tout vouloir jouer avec les mots, Urge (pulsion en anglais) est plutôt une transe qu’une danse. Une transe primitive même. De la salive des danseurs (grenouilles, insectes, sauriens ?) qui bavent sur leur costume de caoutchouc les serrant de près jusqu’aux culs nus façon bonobo, c’est l’animal, donc l’humain, qui crache, s’observe, fait le beau et la belle en parade d’amour, copule, enfante… et recommence. Qui se mord aussi, ou se mange. Du frottement à l’extase. De la caresse à la possession. Les moments d’orgie collective aux grondements sourds et de solitude qui fait hurler. Sous une lumière crue d’argent ou d’or et dans l’ombre de la mare initiale de nos vies. En pointe la persistance sexuelle au-delà de nos apparences et de nos cultures. David Wampach est chorégraphe et il nous propose là, comme toujours, une « réflexion ». Le public est étonné, choqué, et pour partie quitte la salle. S’agit-il uniquement de provocation ? Je ne le pense pas. S’agit-il vraiment de chorégraphie ? Certes, car il y a une belle utilisation de l’espace. Sont-ce des danseurs ? Oui, ils ont la formation de cet art et leurs corps est en capacité de nous le démontrer, mais en de rares occasions seulement. Au moins est-ce esthétique… pas vraiment. Ni beau, ni laid, ni repoussant. Une performance alors ! Probablement, non pas dans le sens « succès » du mot, mais dans celui d’« exploit ». L’exploit d’oser remuer ces tréfonds et d’oser en faire un spectacle c’est-à-dire d’attirer l’attention. Une exhibition, ni plus ni moins…

Jusqu’au samedi 16 avril 2016

Spectacle à 21h00

Mac (La Maison des Arts de Créteil) – Festival Exit

Réservation 01 45 13 19 19

mac@maccreteil.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *