L’ironie fondatrice de Paul Klee à Beaubourg Centre Pompidou

Chemins de serpents, 1934. Aquarelle et crayon sur toile sur châssis à clés, cadre original, 47,6 x 63,8 cm. Collection particulière. © Photo Éric Simon.
Chemins de serpents, 1934. Aquarelle et crayon sur toile sur châssis à clés, cadre original, 47,6 x 63,8 cm. Collection particulière. © Photo Éric Simon.

Très belle et rare exposition de Paul Klee au centre Pompidou. Peintre majeur du XXème siècle, il reste encore partiellement méconnu. Ainsi cette exposition est la première grande rétrospective qui lui est consacrée depuis 1969… Cela fait long, mais elle est magnifique par les 230 œuvres retenues et les sept sections thématiques qui permettent de comprendre un artiste au final assez radical malgré ses évolutions picturales inscrites dans son temps. Le titre de l’exposition « L’ironie à l’œuvre » est, de ce point de vue, particulièrement bien choisi. Tout d’abord car il y a de nombreux tableaux que l’on peut qualifier de « drôles », même parmi ceux qui sont très loin dans le temps et la forme de ses premiers dessins satiriques. Mais plus fondamentalement parce que Paul Klee, sûr de son talent, a toujours voulu servir la liberté. La sienne et celle de la société des hommes où il était pleinement impliqué, notamment jusqu’à la fin de sa vie avec une dénonciation et un combat artistique sans équivoque contre le nazisme et Hitler.

Paul Klee – L’ironie à l’œuvre

Jusqu’au 1er août 2016 – Centre Pompidou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *