Faim de théâtre

 

 

Un festival gourmand de publics

Le chagrin des ogres, pièce du jeune metteur en scène belge Fabrice Murgia a été un cri d’enfant lancé au public du théâtre Saint-Maur (94). Le cri de la vie encore pleine d’espoir qui n’accepte pas de mourir. Le texte et la mise en scène, du même auteur, nous éclaire crûment sur les solitudes angoissées et les appels à l’aide révoltés d’une adolescence – souvent paradoxalement prolongée –qui restent invisibles des adultes. Sur le plateau, ils n’apparaissent que dans la pénombre, enfermés dans des pièces, appartements, caves, grottes… on ne sait trop. Boîtes hors de la vue de ceux qui ne sont éclairés que par les éclats de lumières éphémères où le rêve est écrasé par l’activisme et la consommation. Avec cette pièce (et vingt-six autres), l’édition 2010 de la biennale des Théâtrales Charles Dullin a pleinement atteint son objectif : « Parler du et au présent ». Continue reading →

Mettre fin aux violences, cette faillite citoyenne

A Marseille, un jeune garçon de 11 ans a été grièvement blessé par balles au dos, au bras et à la jambe tandis que lors de la même fusillade un adolescent de 16 ans a été tué. Les deux semblent avoir été clairement visés par les tueurs. Désormais, ce sont des armes de guerre, Kalachnikov médiatisée en tête, qui sont utilisées par la pègre. Le plus souvent par des jeunes aussi utilisés et manipulés par un grand banditisme qui trouve dans nos banlieues délaissées les vendeurs de drogue qui nourrissent les mafieux milliardaires. Cette violence dramatique, en montée régulière, est monstrueuse et inacceptable. Elle fait peser un climat de terreur dans certains quartiers populaire. La violence mine aujourd’hui la démocratie et rompt le contrat républicain. Continue reading →

Gardenia, la fraternité humaine qui vit beaucoup plus qu’un seul jour

9 comédiens, fleur vivante au coeur

Ca s’est passé comme cela. Simplement. La comédienne Vanessa Van Durme décide de rencontrer le metteur en scène gantois Alain Platel. Le fondateur des ballets C de la B (Les Ballets Contemporains de la Belgique), à la renommée internationale avec ses projets menés entre danse, théâtre, musique et cirque se voit interpellé ainsi par la comédienne transsexuelle (elle le revendique) et auteur pour la TV publique flamande : « pourquoi ne parlerais-tu pas de nous ? ». Elle sait qu’Alain Platel a travaillé comme orthopédagogue auprès d’enfants handicapés à l’hôpital d’Armentières et qu’il s’intéresse particulièrement aux troubles psychologiques dans ses créations. La réponse du chorégraphe aux œuvres particulièrement sensibles et proches mais qui n’hésite jamais à aborder de front ce qui est au fond des sociétés et de nous-mêmes répond en un mot : « Oui ». Continue reading →

Sarkozy choisit le combat personnel

Nous n’avions pas de Premier ministre. Il est resté.

Nous avions un assemblage improbable de personnages censés être Gouvernement. Ils avaient été choisis suite à un casting pour « faire beau sur la photo » et « faire annonce » d’un nouveau dessin de la carte politique. Ce n’était rien qu’un coup de communication, et en guise de nouveauté nous avons vu une fine équipe droit aux ordres d’un Président décidant seul et le faisant savoir de toutes les façons. Y compris perverses puisque tous, Premier ministre compris, se voyaient régulièrement tancer publiquement au titre de collaborateurs – selon la formule consacrée par le Prince – c’est-à-dire en bon français : subalternes et au devoir de soumission. Continue reading →