Le Vert à moitié plein, ou à moitié vide ?

Les Universités d’été sont désormais un passage obligé pour les partis politiques. Une sorte de parcours obligatoire de bonne communication où les « devoirs de vacances » démontreraient que tout retard programmatique (éventuel…) peut être effacé si l’on sait être studieux sous le soleil. EE-LV (Europe Ecologie-Les Verts) inaugurait le genre de cet été dans l’amphithéâtre de la fac de lettres de Clermont-Ferrand qui vit le succès d’un des plus prestigieux ciné-club universitaires de France. Que retenir de ce qu’on lit dans la presse… Le « vieux jeune parti écologiste » a de nouveau fait étalage de déclarations aigres-douces qui ne visent que lui-même. « C’est un texte de droite », selon un proche d’Eva Joly… Lequel ? Ni plus, ni moins que celui de Laurence Vichnievsky, porte-parole d’EE-LV et ancienne collègue de bureau Eva Joly au pôle financier pendant l’affaire Elf et conseillère régionale en Paca. Elle avait osé écrire dans Libération : « Aujourd’hui, la réduction de la dette s’impose à nous comme un rappel au principe de réalité. Elle nous oblige à revoir notre projet. […] Le retour à l’âge légal de la retraite à 60 ans est une lubie. » Continue reading →

L’Albatros de Montreuil vole avec Le Méliès

 

Semaine faste pour Montreuil et le cinéma dans la presse ! Après le Monde qui ouvrait une pleine page sur l’originalité, la qualité et les succès du Méliès, c’est au tour, aujourd’hui, de Libération d’en consacrer trois dans son cahier de l’été. A l’honneur les films de l’Albatros, qui furent produits par cette extraordinaire société de production de cinéma installée à Montreuil par des exilés russes en 1920. Méliès et Albatros, ces deux oiseaux de bonheur, les spectateurs et cinéphiles de Montreuil (et d’ailleurs) ont pu en mesurer les qualités puisqu’un cycle, mené avec l’indispensable concours de l’association Renc’Art au Méliès, s’est traduit par plusieurs projections soigneusement choisies au début de l’année.  Suivis de débats où des experts, dont certains du Nouveau Théâtre de Montreuil (CDN), ont apporté leur concours.

Texte de Clément Ghys ci-dessous (et dans Libération du jour, en kiosque jusqu’à ce soir… Défendez la presse.) Continue reading →

Le Méliès dans Le Monde

Bel et juste article sur le cinéma Le Méliès d’Isabelle Regnier dans Le Monde daté de demain * Deux remarques néanmoins. Stéphane Goudet, dont les talents sont ici mis à l’honneur, précise qu’il a du « mener combat » avec deux équipes municipales afin que le projet d’un Méliès agrandi à six salles, permettant ainsi une durée sur l’écran plus longue des films projetés, soit retenu. C’est vrai… partiellement. Une première précision, le premier adjoint à la culture de Dominique Voynet que j’étais à l’époque où le projet a été définitivement entériné a toujours été convaincu de la nécessité d’un tel « nouveau Méliès ». Je sais que ce ne fut pas initialement le cas du maire précédent (même s’il s’était rallié à ce choix) et je sais aussi qu’il m’a fallu échanger avec certains de mes collègues de la majorité pour faire valoir mon point de vue, que j’ai toujours présenté comme tel au Conseil du cinéma. Une seconde « nuance  » : concernant les débats avec UGC et MK2, je sais gré à la maire actuelle d’avoir oeuvré avec constance pour « apaiser » le débat avec ces deux grands distributeurs. La « guerre ouverte » lancée précédemment se devait d’être dépassée pour avancer et mettre fin à un blocage où l’irrationnel et l’irresponsabilité avaient pris le dessus sur l’analyse objective du dossier. Je suis heureux que les nombreux  échanges et les réunions aient pu porter leurs fruits. Et aujourd’hui, je me réjouis de voir Le Monde inviter ses lecteurs à découvrir – dès maintenant et demain – notre cinéma municipal effectivement inventif et au public passionné. Texte ci-après. Continue reading →

Le jazz fait sa java

Des Etats généraux du jazz en septembre ?

Les jazzmen s’inquiètent. Alors que les festivals de plus en plus nombreux rencontrent un succès croissant, alors que les programmateurs sont débordés de propositions d’artistes, les scènes françaises sont au bord de l’asphyxie, les jeunes talents ont du mal à percer dans un monde économique où il faut savoir « mijoter » durant des années avant d’être reconnu par un milieu qui, éventuellement, veut bien voir New-York à sa porte, mais néglige Paris. Quant au disque, c’est la grande disparition. Aujourd’hui vendre 800 exemplaires, c’est bon. 3 000, c’est vraiment bien. 5 000, c’est un carton. Du temps de l’âge d’or pas si ancien, on connaissait suffisamment des ventes à 10 000 exemplaires pour n’être vraiment enthousiasmé que par un 50 000… Les acteurs du monde du jazz ont débattu ce printemps sur Internet et ont interpellé… le ministre de la Culture en réclamant des Etats généraux du jazz. Le général en chef de la rue de Valois n’a pas officiellement choisi la date mais il laisse dire qu’en septembre… Pour tous ceux qui s’intéressent à cette musique, un peu noyée dans la dénomination actuelle (et donc dans les subsides afférents) des « musiques actuelles », l’écoute de l’émission « Déjeuner sur l’herbe » consacrée à L’asphyxie du jazz français apportera de précieux éclaircissements grace à ses invités : Edouard Ferlet, pianiste et fondateur du label Mélisse Laurent de Wilde, pianiste et écrivain, Laurent Coq, pianiste, fondateur du blog La Révolution de Jazzmin et Pascal Anquetil, musicologue, journaliste spécialisé, directeur du Centre d’information du Jazz au sein du Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles (Irma).

A écouter sur : http://www.franceculture.com/emission-dejeuner-sur-l-herbe-l-asphyxie-du-jazz-francais-pierre-etaix-2011-08-01.html