Panorama – Gerhard Richter

Rétrospective « Panorama » – Gerhard Richter

Magnifique exposition de Gerhard Richter au Centre Pompidou  (Beaubourg) jusqu’au 26 septembre. A voir et à revoir. Si le tableau Juni (1983) met en œuvre plusieurs techniques de peinture au service d’une œuvre abstraite, on retrouve la précision de la composition et du geste d’un peintre aux multiples « périodes ». Parmi les nombreuses œuvres de cette exposition Panorama, on est saisi dans l’hommage rendu par le peintre virtuose à Vermeer ou au Titien sans trop s’étonner toutefois puisque Gerhard Richter, à l’inverse de Marcel Duchamp qu’il interpelle aussi avec quelques uns de ses tableaux présents à Beaubourg, considère que la peinture n’est pas morte : « Je me considère comme l’héritier d’une immense, fantastique et féconde culture de la peinture que nous avons perdue, mais dont nous sommes redevables. » Chronologique, cette rétrospective de grande importance nous permet de vérifier qu’un artiste qui suit son chemin ne suit pas nécessairement la même voie… mais que toujours il nous interroge avec un sens qui émerge de toute son œuvre. D’ailleurs le peintre allemand, né à Dresdes en 1932 et formé à l’Est jusqu’à sa fuite accompagné de sa femme Marianne par le métro Berlinois pour la République fédérale en 1961, ne met-il pas l’idée, fût-ce avec un certain regard inquiet, au centre de son œuvre : « Cette force énorme, ce pouvoir effrayant de l’idée qui va jusqu’à la mort. Pour moi, c’est bouleversant, inexplicable, que nous produisions des idées qui, presque toujours, sont non seulement, complètement fausses, mais surtout néfastes. L’enjeu des guerres des religions et que sais-je encore, n’est que balivernes, et nous y adhérons férocement, fanatiquement jusqu’à la mort. (Textes, 1989) » Ou encore dans des notes de 1988 : « La réalité funeste, la réalité inhumaine. Notre indignation. Impuissance. Échec. Voilà pourquoi je peins ces tableaux. » Et pourtant, c’est un apaisement qui surgit de ces toiles peintes d’après photographies où le flou efface les tourments, notamment dans ces paysages, où nuages, champs et bocages et vagues de mer ne sont plus « réalité » mais œuvres d’art du peintre, mais aussi images de notre perception. Avec peut-être autant d’espoir commun de repos retrouvé face à la nature.

Tous les jours, sauf le mardi de 11h00 à 21h00. Nocturnes les jeudis jusqu’à 23h00. 13 €, tarif réduit 10 €. Gratuit avec le Laissez-passer annuel et les moins de 18 ans.

La responsabilité rose à Montreuil aussi

La gauche avec sa dominante rose… je l’attendais, je la souhaitais, et la voici réalité. Je m’en réjouis et ce d’autant plus que Montreuil « en est » avec son nouveau député Razzi Hammadi. Je sais que le Parti socialiste peut aussi compter sur des alliés respectables, mais je sais aussi d’expérience que l’union (à gauche comme à droite) est pour beaucoup un combat et que cette formule, au vernis « d’émulation », est en ce temps de crise économique, sociale et morale un terrible danger.

Oui, bien que je ne déteste rien de plus que les volontés dominatrices, je crois que cette Assemblée était nécessaire pour que François Hollande puisse, avec son gouvernement, construire et appliquer son programme qui va avoir besoin de temps et surtout ne pas céder en réponses multiples aux « équilibres d’appareils » si tortueux. Ces constructions dont chacun a pu constater qu’en de nombreux lieux… elles se sont traduites par un éloignement des citoyens de la politique (fort taux d’abstention) et par ce lui de militants de leur parti (« dissidences » plus nombreuses que jamais et « abandon » du désistement républicain… y compris parmi ses plus grands défenseurs).

Cette nouvelle Assemblée nationale est bien le dessin électoral de nos institutions actuelles, mais elle questionne aussi sur les machiavéliques jeux à plusieurs bandes des mécanos en chefs en plaisir de « pions » électoraux. Nul doute que les deux auront à évoluer dans le futur afin que la France avance vers davantage de démocratie.

Un mot sur la droite et son ancien chef, Nicolas Sarkozy. Ce dernier n’est vraiment pas « l’homme qui valait des milliards » (l’homme du bouclier fiscal pour les riches), mais celui qui a fait perdre à l’ex-majorité des millions. Des millions de voix, des millions de financement (mais l’UMP ne manque d’autres ressources) et cela grâce à un grand chelem parfait : en cinq ans de sarkozysme la droite a perdu toutes les élections (municipales, européennes, régionales, cantonales, sénatoriales, présidentielles… et législatives). Le jogger de Neuilly court toujours, mais le député UMP est aujourd’hui en malaise vagal prolongé. Comme le dit Alain Juppé : « C’est une victoire nette du Parti socialiste qui a désormais une majorité absolue et donc, c’est une défaite nette de l’UMP. »

Le Parti socialiste ayant toutes les responsabilités est particulièrement responsable de ce qu’il va advenir. Comme tant de Français, je place en lui beaucoup d’espoirs, n’ai aucune crainte a priori… et attends de voir avec une grande confiance. Je constate néanmoins que mandat lui est aussi donné de sa propre rénovation. Continue reading →

Je n’y comprends que Tweet…

L’oiseau tweet a perdu quelques plumets sur sa tête, les coqs médiatiques continuent de le suivre à tue-tête

Le couac est historique et nous assistons à « La première gaffe de France » titre Libération. 140 mots suffisent donc à ouvrir un débat politique… quasiment institutionnel. Est-il normal que les Français soient surpris, voire choqués ? Oui… si l’on s’en tient à un cadre de référence que la Directrice adjointe de Libération, Béatrice Vallaeys, invite à ne pas oublier : « Sauf à changer le statut constitutionnel du président des Français, héritage d’une monarchie gaullienne, il faudra bien qu’on cesse, et le plus tôt sera le mieux, avec cette pseudo «normalitude». » L’argument n’est pas faux, comme ne sont pas faux tous les propos qui regrettent ou dénoncent cette prise de position avant un deuxième tour décisif pour la représentation du Parti socialiste à l’Assemblée nationale. D’une certaine manière tous le disent : Valérie Trierwieler ne peut pas penser une seule seconde pouvoir éviter de faire de la politique à l’insu de son plein gré. D’autres ajoutent que ce comportement vise directement Ségolène Royal et qu’il tombe ainsi dans un ressentiment personnel peu honorable. Certains enfin, souvent intéressés, considèrent que François Hollande est affaibli. Diable ! On en viendrait donc à oublier que les Français ont voté pour un homme, ses idées, son programme, sa vision de la France et sa personnalité… et non pour un couple.

Et si l’on considérait autrement la parole de Valérie Trierwieler ? En effet, sans faire injure à ses qualités et à la place importante qu’elle occupe, ne pourrions-nous pas dire avec autant de justesse que sa parole ne peut peser que de son poids… et qu’il est, politiquement parlant, faible sinon inexistant. Continue reading →

Le Parti socialiste en tête dans la circonscription de Montreuil/Bagnolet

Le Parti socialiste, avec Razzi Hammadi, largement en tête au 1er tour

Les résultats du premier tour des élections législatives sont riches d’enseignements. Ils seront nombreux à devoir être analysés. Pour ma part et à cette heure, j’en tire deux principaux.

Le premier est que le Parti socialiste, confirme élection après élection son rôle majeur et premier dans la vie politique de Montreuil. Son candidat sort largement en tête. Razzi Hammadi obtient 13.001 voix, devant le député sortant, Jean-Pierre Brard, qui en recueille, au nom du Front de gauche, 11.599. Soit un écart particulièrement significatif de 1.402 voix.

Le second est simple : les électeurs, à Montreuil/Bagnolet, comme en France ont voulu donner à François Hollande les moyens d’appliquer pleinement sa politique. Le score national du Parti socialiste et de ses alliés peut permettre d’asseoir une majorité homogène, fidèle et constructive qui sera nécessaire aux immenses défis auquel le gouvernement va être confronté. Ils ont voulu un vrai changement pour la France.

Pour le reste et comme on dit « sous réserve d’inventaire », d’autres points seront intéressants à analyser.

Ainsi, au-delà du vraisemblable « combat de trop » du député sortant, celui de l’analyse des résultats du Front de gauche. Mené par la fougue d’un médiatique leader national, il n’est pas parvenu, à l’élection présidentielle d’abord, puis lors de ce premier tour des législatives, à réaliser à Montreuil, les scores qu’il ambitionnait. Et ce malgré des résultats honorables et en progrès à la présidentielle. Cette « partie de la gauche » va sans nul doute devoir réfléchir sur son positionnement vis-à-vis du gouvernement et sur ses pratiques politiques. Et j’ajouterai sur son « langage politique » qui me semble aux antipodes du rassemblement nécessaire des Français et de la gauche face aux périls populistes d’une droite qui, pour une partie, souhaite s’allier avec le Front national. Il n’est pas certain que le mot d’ordre « Taper, taper, taper » cher à Jean-Luc Mélenchon suffise à donner le crédit dont le Front de gauche pourrait se prévaloir de par l’histoire de ses composantes. Bien au contraire, ce durcissement « de bouche » renforce tous ceux dont c’est l’unique façon de faire politique : celle du « coup de gueule ». Les Français attendent une gauche autrement responsable. C’est aussi ce que les électeurs Montreuillois ont signifié par leur vote. Ils veulent des élus dignes. Et ces derniers doivent le prouver quand ils sont élus, sinon ils sont sanctionnés.

Europe-Ecologie-Les-Verts ne peut que se féliciter de l’accord passé avec le Parti socialiste. Il va ainsi obtenir au niveau national une représentativité que les urnes, sur son propre drapeau, ne lui auraient pas donnée. Montreuil/Bagnolet est de ce point de vue particulièrement représentatif, à l’exact inverse du résultat des dernières élections cantonales. Quand Dominique Voynet décide d’aller « contre le PS », elle le fait effectivement chuter… et elle perd. Quand elle comprend qu’il faut s’allier avec lui parce qu’elle sait qu’il est majoritaire, elle peut dire que pour quelques points, l’apport de son courant politique aide à la victoire. Dans le cadre de son affichage de renouveau politique – et malgré tant de contre exemples sur Montreuil ! – il est clair que EELV a toute sa place dans une gauche responsable. Que ce parti, localement, en tire toutes les leçons. Sa place est importante, mais c’est aussi par ses propres combats et sous ses couleurs, lors des différents scrutins qu’il doit la mesurer. Les électeurs ont tranché hier dans une configuration, aujourd’hui dans une autre… ils trancheront dans d’autres scrutins demain lors de configurations dont aucune n’est écrite à ce jour.

Enfin, une nouvelle fois, l’UMP réalise un très faible score : 10,71 %, devançant d’assez peu le Front national qui, certes reste faible dans notre ville, mais atteint néanmoins 8,10 %. Cela devrait amener l’UMP à s’interroger sur la suicidaire alliance « en creux » que certains de ses dirigeants sont en train d’opérer avec le « Bleu Marine ». Non seulement elle n’y gagne rien, mais on voit dans d’autres régions le danger réel que cela représente pour notre démocratie.