Propreté à Montreuil : de la guéguerre à la Guerre ! A quand la victoire ?

Déjà 10 jours de souffrance et un week-end à venir…

Je saisis la coïncidence. Coïncidence plutôt qu’actualité tant l’encombrement durable des trottoirs de Montreuil par des objets « encombrants » est permanent dans le paysage urbain. Depuis le mercredi 17 octobre trône ce canapé… devant mon domicile. Chacun comprend ici que je ne personnalise pas le débat et que c’est uniquement par facilité que je retiens cet exemple parmi d’autres car je pourrais multiplier les images d’occupation des sols publics par des déchets privés. Pour dire vrai, en cette époque de civilité abîmée, je ne puis dire si le dépôt de ce vieux meuble relève de la copropriété… ou d’un dépôt « externe ». Sauvage, de toute façon, il l’est ! Je dois vous dire aussi que je me suis « saisi » du sujet. Pas seul d’ailleurs !

Nous sommes le samedi 27 octobre, soit 10 jours après que sa présence ait été constatée… et il siège encore aux yeux de tous. Le canapé est pourtant signalé aux autorités engagées dans « La bataille pour la propreté », comme le titre « Tous Montreuil » notre magazine municipal. En effet, dès le mardi 23, un voisin téléphonait au service d’enlèvement de la Communauté d’agglomération Est-Ensemble – le très sollicité 0 805 055 055 ! – et je faisais de même le jeudi suivant.

Hasard du calendrier, ce même 25 octobre, la maire Dominique Voynet distribuait un courrier dans les boîtes aux lettres de tous les Montreuillois pour « répondre à vos souhaits de voir s’améliorer la propreté de nos rues ». Un sujet à propos duquel elle se dit alors – on se doit d’écrire enfin ! – « particulièrement attentive. »

Elle poursuit « il nous faut passer à la vitesse supérieure, comme le font les autres villes concernées par ce fléau. » Effectivement, il est grand temps de se mettre au diapason des meilleurs ! Et d’annoncer « une présence et une mobilisation pour la propreté de nos rues 7 jours sur 7, sur des plages horaires étendues. » A l’évidence, après avoir expliqué durant des mois – pour se défausser – que la responsabilité de la propreté incombait à Est-Ensemble, ce qui administrativement et opérationnellement est vrai, Montreuil comprend enfin que son obligation d’action n’est pas moins grande et doit être pleinement engagée. Notons l’avancée grâce à … ce positif repli stratégique et électoral sur une ligne de vérité.

Nous quittons donc la Guerre des Gaules où les tribus et leurs chefs ne faisaient pas unité. Bien ! Mais comme la réactivité des troupes de nettoyeurs ne semble pas encore de mise, espérons que nous n’entrons pas dans une Guerre de cent ans avant la victoire finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *