La chaleur humaine… avec le dégel des budgets culturels

Ce matin, devant la DRAC de l’Ile-de-France

Flocons de neige (de scène) pour une semaine de mardi-gras… devant la DRAC (Direction générale des affaires culturelles) amaigrie financièrement jusqu’à l’os. Car, comme on le lit dans l’article de Clarisse Fabre – le Monde du jour (en lien) – les promesses ne sont pas tenues. C’est pourquoi les acteurs du spectacle vivant et les équipes d’équipements culturels – dont nombre de Montreuillois – ont manifesté ce matin devant le 45-47, rue Le Peletier. Face à une DRAC qui avait descendu le rideau grillagé de sa porte… pour se protéger d’on ne sait quels casseurs ! En vérité, la politique de casse de la Culture, c’est le ministère qui en est aujourd’hui le fer de lance. Les 9 organisations présentes demandaient : le dégel des 6 % sur les budgets de l’Etat (soit 47 millions € sur la création et 20 millions € sur l’action culturelle; le retrait du collectif budgétaire; le refus du financement par l’Etat de toute agence d’inspiration libérale; le retour de la TVA à 5 % et la préservation du taux réduit à 2,10 %; le rejet des mandats de révision; la pérennisation des annexes 8 et 10 de l’Unedic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *