Le parcours ardent du gamin de Jón Kalman Stefánsson continue

 

Le coeur de l'homme

Le gamin poursuit sa traversée du pays, sa traversée de la vie. Avec le troisième roman de sa trilogie Jón Kalman Stefánsson révèlent que notre cœur se divise en deux parties. Laquelle suivre pour vivre pleinement. Faut-il en tuer un lorsqu’une rousse incandescente illumine la neige qui vous glace le sang ? Extrait : « À travers la pluie, la neige et la bouillie glacée, il fait huit degrés, déclare Steinum, qui a déjà noté l’information dans le registre météorologique qu’elle tient depuis dix-huit ans, où elle consigne la force et la direction du vent, la température de l’air, la quantité et la forme des nuages, l’état de la mer, ces réalités dont nous avons tant besoin et dont nous nous servons pour expliquer le monde, supporter l’existence, ces données brutes et plates et qui n’expliquent rien (…) » La suite, comme vous savez, dans Chemins de lecture sur www.daniel-chaize.com (rubrique à cliquer juste sous le 9)

Stefánsson (Jón Kalman), Le cœur de l’homme, Éditions Gallimard, décembre 2012

Puzzle aérien…

Capture d’écran 2013-08-19 à 08.39.17

Le  magnifique film du toujours excellent Douglas Sirk « La ronde de l’aube » (1957) m’a donné envie de relire quelques lignes de Pylône de William Faulkner sur la base duquel le scénario a été adapté. Une phrase : « Tandis que d’une main, elle libérait le bas de sa jupe de la corde de sûreté qui la fixait entre ses jambes à la manière d’un short, il s’aperçut qu’elle s’attaquait avec un aveugle acharnement non pas à la courroie qu’il avait au travers de ses cuisses, mais à la braguette de son pantalon, et que, sous sa jupe, elle n’avait pas de culotte (…) ». Je l’ajoute avec la suite du paragraphe à ma collection Chemins de lecture sur www.daniel-chaize.com (rubrique juste sous le 9 du logo). Et autre pièce de ce puzzle du jour, une photo prise au dernier Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget, le Super-Constellation/Lockheed-L-1049F, à mes yeux le plus bel avion de ligne jamais dessiné… et produit.

Faulkner (William), Pylône, Éditions Folio, février 1984

L’art du livre est toujours neuf

Le mari d'occasionÀ l’heure où le mariage fait tant parler, voici un mari un peu particulier 🙂 Plus sérieusement, le montreuillois Vincent Pachès est plus qu’un amoureux des livres. Il en est un artisan d’art. De l’orfèvrerie avec ses Éditions de la boîte à gants. Ce week-end, avec Lionel Vinche, à l’occasion du salon du livre d’artistes, sur leur stand ils présenteront Le Mari d’occasion.

Cloître du lycée Henri IV, 23 rue Clovis – 75005 Paris.

Samedi 25 de 14h00 à 20h00 et dimanche 25 de 10h30 à 19h00. Entrée libre.

Le fabuleux cas Banon

Avant d’être sur Internet, l’épopée a commencé dans un petit village

Banon… on pourrait en faire un roman. Une écrivaine (ou un écrivain) de talent est quasiment assurée du succès en se lançant dans une telle aventure. Il s’agit bien plus que d’une simple histoire de bluette, même si une fleur bleue est son emblême. N’oublions pas que 878 habitants sont concernés suite à un coup de tonnerre survenu dans les années 1980 ! Et aujourd’hui, alors que la presse internationale s’en mêle et qu’Internet démultiplie l’aventure, ce n’est plus l’époque de la grave dépression qui désespérait l’acteur principal en plein doute. Il n’est plus ce fou que l’on regardait d’un drôle d’œil, mais celui qui brasse des millions d’euros pour défendre sa cause.

Joël Gattefossé, 54 ans, est arrivé dans le petit village de Banon (Alpes-de-Haute-Provence) il y a un peu plus de 20 ans. Autodidacte, menuisier de profession, il ne vient pas renforcer l’activité principale de ce lieu réputé pour son fromage éponyme… mais pour ouvrir une librairie. Le fils d’imprimeur bascule dans le livre, à corps perdu. Le fond passe en 15 ans de 250 ouvrages en dépôt dont 77 en propriété (héritage de l’ancienne « Papeterie, cadeaux ») à 100.000. La success story commence. La librairie est baptisée Le Bleuet et compte aujourd’hui 60.000 titres (100.000 ouvrages) pour un chiffre d’affaires stabilisé autour de 2 millions d’euros par an. La librairie indépendante, perdue au milieu de la nature, est devenue une des premières de France. Continue reading →