Chouf Ouchouf ouvre les yeux…

© Mario Del Curto / Artwork FLAG

Un coup de foudre. Simplement. Lorsque Sanae El Kamouni, qui a constitué le Groupe acrobatique de Tanger (Maroc) fait le premier pas pour les rencontrer les chorégraphe et musicien suisses Martin Zimmermann et Dimitri de Perrot se disent “séduit par l’humanité du Groupe”.

Et c’est ainsi qu’est née Chouf Ouchouf qui signifie “Regarde, regarde encore !“, cette pièce où se croisent le cirque et la danse, belle rencontre qui tient la promesse de leurs auteurs : “Nous mourrons de rire, mais prenons tout au sérieux. Nous bravons la douleur physique. Nous sommes extrêmement anxieux et minutieux. Nous allons à fond la caisse, sueur et larmes, bonheur et poisse“.Les onze jeunes acrobates, dont deux femmes, suivent avec précision les contraintes d’une chorégraphie où les moments lents et silencieux, ceux de chants et de bruits de la nature criés ou chuchotés par les comédiens, ont la même force que leurs prestations acrobatiques de haute volée.

Il est réconfortant de voir Chouf Ouchouf triompher dans une Europe entière tournée ainsi vers son Sud car entendre si fort les rires des enfants, nombreux hier dans la grande salle du théâtre national de Chaillot, donne vie à un des objectifs de tout spectacle : proposer humanité et tendresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *