Le mois de la Photo à Paris / 1 – Parcours du 6ème arrondissement.

© Photo Jerome Liebling. Malaga, Espagne, 1966
© Photo Jerome Liebling. Malaga, Espagne, 1966

Pour sa dix-huitième édition la Biennale parisienne présente plus de 100 expositions qui doivent représenter le panorama de la création photographique. Mes premiers pas m’ont conduit et limité à dix lieux du 6ème arrondissement. Ma première impression reste très mitigée. Tout d’abord il y a une diversité d’espace d’accueil qui tous ne sont pas franchement dignes du terme. L’espace y est souvent contraint quant à l’accueil comment en parler lorsque des cadres sont parfois quasiment inaccessibles de face ! Enfin, dans l’ensemble, il y a généralement un nombre faible d’œuvres présentées et je suis resté sur ma faim sur l’homogénéité de la qualité présentée. En effet les œuvres, qui devaient répondre à une sélection en trois thèmes : photographie méditerranéenne; Anonymes et amateurs célèbres et Au cœur de l’intime m’ont paru de très inégales valeur, certaines ne relevant que de l’anecdotique. Il se peut que la photographie soit dans une crise de croissance – ou ne puisse suivre les besoins d’un marché qui « doit croître » pour exister – et que les commissaires d’exposition aient bien du mal à trouver les talents espérés. J’avais eu ce sentiment lors des deux dernières éditions des Rencontres d’Arles. Toutefois sur ce modeste parcours dont je ne dis pas qu’il soit représentatif de l’ensemble de la Biennale, je retiens – et invite à voir – Jerome Liebling et l’étonnante révélation Vivian Maier à la Galerie Frédéric Moisan et le beau projet de Patrick Zachmann à la Magnum Gallery.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *