Élections départementales à Montreuil : gueule en feu et double dose de piment

Le piment de la cuisine électorale montreuilloise, on en devient addict. On s'habitue et il faut toujours augmenter la dose...
Le piment de la cuisine électorale montreuilloise, on en devient addict. On s’habitue et il faut toujours augmenter la dose…

Il y a des lecteurs de mon article d’hier « Le piment de Montreuil au second tour des élections départementales » (sur daniel-chaize.com) particulièrement attentifs et plus encore sacrément avertis. Ils m’ont donc donné des informations complémentaires que je n’avais pas collectées. Certes, je ne suis plus totalement dans le bain du microcosme politique mais je n’imaginais pas qu’un éloignement, malgré tout limité, m’amènerait à être ainsi largué. C’est dire qu’à Montreuil, « on en est » ou « on n’en est pas » assez rapidement. Et j’imagine que beaucoup de Montreuillois n’en sont guère… tant ces contorsions défient les lois de la gravité politique. Donc j’énonce les faits brut ici qui, naturellement, viennent ainsi compléter mon papier précédent. Attention, c’est une double dose de piment montreuillois. Juste pour faciliter la digestion ! Je sais, ça brûle un peu au passage…

1/ Rectificatif ! Ce n’est pas le Front de gauche qui refuse de soutenir le candidat PS encore en lice sur le canton Montreuil 1 – Nord. C’est uniquement le Parti de gauche (Mélenchon, vous vous souvenez…). Vous allez me dire, ça change quoi ? Pour eux, vraisemblablement tout. Oui, mais alors le PS qui appelle à soutenir le Front de gauche dans le canton Montreuil-2 demande-t-il, en retour de ce mauvais service, de rayer le logo du Parti de Gauche qui s’y trouve (avec cinq autres) ou de bien préciser “sans Parti de gauche ajouté” ? C’est qu’il ne faut pas mélanger les sauces. Nous sommes dans la cuisine électorale au scalpel, dans le moléculaire. Bientôt nous serons dans le cryogénique pour tenter de préserver les espèces en voie de disparition… Et bien non, le PS ouvre les bras à son allié qui lui claque la porte ailleurs. Ne serait-il pas un peu…, comment dire, gentil le PS ?

2 / Vous ne connaissez pas le parti « Ensemble ! » ? Là, vous me décevez… En fait, soyons complet. Il faut dire « Ensemble ! Mouvement pour une initiative de gauche, écologiste et solidaire ». Vous ne voyez pas davantage. Alors je sors ma carte maîtresse, Clémentine Autain, sa leader très médiatique. Candidate à Sevran, elle a terminé quatrième – au nom du Front de gauche tout entier (car Ensemble ! en est) – avec 18,96 % des exprimés et 5,95 % des inscrits (abstention de 67,15 % !). Ah… oui, vous vous souvenez d’une présence sur un plateau télé. Bien vu, c’est ça, une présence ! Et bien, Montreuil – ville de toutes les gauches et plus car affinité – ne pouvait manquer d’avoir un représentant de cette illustre enseigne. Normal. C’est une femme et elle est du binôme avec le conseiller général sortant sur le canton Montreuil 2 – Sud. Le hic, c’est qu’Ensemble !, ce sont vraiment les copains de Mélenchon et ils le suivent sur sa logique anti-PS. Ils marchent dans son ombre, ombre de lui-même qu’ils sont. Traduction ? Sur le canton Montreuil 2 – Sud, ils ne soutiennent pas plus le Front de gauche que dans le canton Montreuil 1 – Nord puisqu’il a le soutien du PS. Là, je sens que vous êtes perdu. Mais alors ils ne soutiennent même pas leur candidate ! Vous vous le dîtes et vous avez tort. D’ailleurs, je m’étonne de ce manque de discernement. Oui, c’est vrai. Franchement, je vais vous dire, vous vous prenez trop la tête. Et surtout, vous manquez gravement de pragmatisme et de sens logique. On peut être radicalement contre une situation et la soutenir quand on en bénéficie. C’est si rare pour Ensemble ! Il faut comprendre l’appétit de ceux qui veulent en croquer.

3 / Là, et pour finir, c’est une idée qui me vient. Aussi sotte que grenue. Dans le canton Montreuil 2 – Sud, le binôme Vert / PS (100 % Verts au niveau des candidats) qui persiste à se maintenir malgré l’ordre donné par le PS au niveau local et national a bien sûr des suppléants. Caramba, ils sont PS ! Donc, je reviens à mon feutre à rayer les noms ou à préciser mon intention. Dois-je écrire sur le bulletin : Verts, oui, PS, non ?

Franchement, même s’il y a encore des changements ce samedi (ça ne devrait pas, c’est interdit car c’est trop tard), ne m’en voulez pas, je n’actualiserai pas mon papier. Avec tout ce piment, j’ai la gueule en feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *