Le Méliès de Montreuil de nouveau sur les rails

Bien sûr l’ouverture annoncée (septembre 2013)… ne sera effective probablement qu’au printemps 2015. Mais dès aujourd’hui le public qui « avait perdu l’envie » peut montrer son attachement au Méliès en retrouvant, notamment dès l’été, le plaisir qu’il avait perdu.
Bien sûr la première ouverture annoncée (juin, puis septembre, puis fin 2013, puis…)… ne sera effective probablement qu’au printemps 2015. Mais dès aujourd’hui le public qui « avait perdu l’envie » peut montrer son attachement au Méliès en retrouvant, notamment dès l’été, le plaisir qu’il avait perdu.

 

Les membres de l’équipe sont naturellement les premiers à diffuser l’information sur les réseaux sociaux : l’équipe du Méliès est réintégrée et dès le 1er juin elle sera à pied d’œuvre. Cette excellente nouvelle m’invite à trois premiers commentaires rapides.

1/ L’essentiel d’abord : bravo à l’équipe qui n’a jamais baissé les bras et à tous ses soutiens qui n’avaient comme objectif principal que la défense d’une certaine manière de partager et de faire vivre le cinéma ! Aujourd’hui cela redevient possible avec une équipe qui, de ce point de vue, n’a jamais démérité et a été soumise, à tort, à de véritables torpillages répétés, tordus parfois et délirants pour certains. L’heure est à un travail de reconquête des publics montreuillois dans une configuration nouvelle d’intégration dans Est-Ensemble. Tâche passionnante… et difficile. En effet, casser le lien de confiance avec le public fût facile, le reconstruire sera possible mais plus long. De plus, il s’agit à terme du Nouveau Méliès, à la fois en capacité d’une offre bien plus riche en diffusion et en animation, mais aussi avec une obligation de conquérir largement de nouveaux publics.

2/ Politiquement il faut noter que l’équipe de la majorité actuelle tient ici un de ses engagements. Pour une de ses composantes, les écologistes, c’est une prise de conscience nouvelle, soit la révélation de l’obligation de mettre fin à une injustice, soit la prise en compte d’un équilibre politique de l’exécutif, particulier, à assumer *. Il est vrai qu’à l’inverse, la confirmation du parc aquatique de plein air autour de la nouvelle piscine du haut-Montreuil a pu provoquer chez l’autre composante, le Front de gauche dont le maire, une sorte de même tourment ou pragmatisme. Si au final, un Montreuil apaisé se profile, dont acte et soutien.

3/ Politiquement encore, mais qui relève pour une part du passé, c’est une défaite cinglante pour l’ancienne maire Dominique Voynet. Son acharnement, ses débordements et son entêtement n’auront servi à rien sur le dossier dont elle est seule responsable bien qu’elle ait pu y entraîner nombre d’élus de l’ancienne majorité. Elle le présentait comme explosif… mais c’est elle qui en est la première victime. L’équipe conspuée est réhabilitée politiquement et administrativement. À noter que « l’affaire » (selon les propos de l’ancienne maire) n’est toujours pas terminée en Justice puisque si elle-même a « attaqué » à ce niveau, elle l’est aussi en retour. L’opinion du pouvoir judiciaire sera, dans quelques longs mois qui paraîtront heureusement moins longs et douloureux désormais, sera aussi passionnante à analyser.

* Ainsi le premier adjoint Vert de la ville, Ibrahim Dufriche a affirmé au quotidien Le Parisien n’avoir jamais été informé de ce choix : « C’est une décision unilatérale. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *